21 Emmanuel Pierre

Manuelo par Cormac Hanley-1Emmanuel Pierre est né à Paramé. Il vit à Paris. Après un bref passage aux Métiers d’Art, puis aux Beaux-Arts de Paris, il s’est consacré à la gravure, au dessin et à la fabrication  d(objets étranges. Ses premiers dessins publiés remontent à 1984, La Croix, Marie-Claire, Le Magazine Littéraire, Lire, Libération, the New Yorker, the National Post, Hanatsubaki, The World of Interiors, Le Monde d’Hemès…

Il publie des livres déssinés ( Seuil Jeunesse, Petit Mercure, Gallimard Jeunesse, Alma Editeur) et a réalisé plus de 250 livres uniques. IL a conçu et dessiné pour Christian Lacroix les vitrines de Noêl des Galeries Lafayette en 1998, ainsi que les décors de l’exposition « 1001 accessoires » au musée Arturo Lopez de Neuilly en 2007. Il travaille régulièrement pour la Maison Hermès. Emmanuel Pierre aime aussi les jardins. Il en conçoit d’inspiration anglaise ou japonaise avec L’Atelier Végétal. Il expose ses oeuvres à Paris, Bruxelles, Genève et Tokyo.

Pour 24, il choisit de construire un livre-objet, double hommage au monde allégorique des antiquaires et de Paris, sa ville. Son livre porte le nom de « Pastilles Bastilles ».  Une oeuvre unique, onirique, sensible et farfelue.

20 Philippe Dumas

IMG_8263

D’une famille parisienne, Philippe Dumas est né à Cannes en 1940. Diplômé de l’Ecole des Métiers d’Art et de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts, il écrit et illustre lui-même ses textes. En 1976, il publie Laura, le terre-neuve d’Alice, son premier livre pour enfants.

Il a écrit et illustré de nombreux livres en plusieurs langues dont le succès a fait de lui un grand contemporain pour la jeunesse. L’Angleterre et la Normandie ont été ses lieux de vie et d’inspiration. Il consacre aujourd’hui aussi du temps à la peinture. Sa puissance d’évocation tient souvent à sa retenue et à sa finesse d’analyse. En effet, il a toujours su allier, à une très grande délicatesse, une véritable liberté d’écriture et de dessin, un réel anticonformisme.

Pour 24, il présente un mannequin  dit « Alice », porte manteau articulé dit aussi valet- fait sur mesure-  évoquant son délicieux personnage.

IMG_8254

img_82551.jpg

19 Kamel Mennour

Depuis 1999, Kamel Mennour présente au sein de ses trois espaces parisiens (47, rue Saint-André des Arts, 6 rue du Pont de Lodi et 28 Avenue Matignon) le travail d’une trentaine d’artistes contemporains, jeunes et internationalement consacrés ; et a ouvert en 2016 un quatrième lieu à Londres dans le quartier de Mayfair, au 51 Brook Street.

Artistes représentés : Hicham Berrada, Mohamed Bourouissa, Marie Bovo, Daniel Buren, Pier Paolo Calzolari, Valentin Carron, Jake & Dinos Chapman, Latifa Echakhch, Liam Everett, Michel François, Alberto Garcia- Alix, Alberto Giacometti, Petrit Halilaj, Camille Henrot, David Hominal, Huang Yong Ping, Alfredo Jaar, Ann Veronica Janssens, Anish Kapoor, Tadashi Kawamata, Alicja Kwade, Lee Ufan, Claude Lévêque, François Morellet, Pierre Molinier, Christodoulos Panayiotou, Gina Pane, Martin Parr, Martial Raysse, Lili Reynaud-Dewar, Robin Rhode, Zineb Sedira, Shen Yuan.

Pour ce calendrier de l’Avent, Kamel joue le jeu ! Il présente un maillot de foot décoré par Daniel Buren et porté par son fils. Cet objet réunit alors les 3 grandes passions du galeriste pour sa famille, L’ art et enfin le foot!

4S9A5566

 

 

 

18 Daniela Andrier & Denis Polge

« Vous pouvez briller par vos richesses et des tenues toutes plus extraordinaires les unes que les autres, rien ne vous donnera autant d’allure qu’un beau parfum. Et cela, pour moi, c’est magique. » D.A

« Par dessus tout, je veux offrir quelque chose d’élégant et d’émouvant », confie Daniela Andrier. Et ses parfums sont ainsi: poétiques, saisissants et surtout, raffinés. Son style, tout en grâce et délicatesse, se reconnaît entre tous et ses créations sont identifiables en un instant. un iris terreux prend les allures d’un tulle fin et doux de jupon de ballerine. Une fleur d’oranger inspire une escapade sur la côte italienne réchauffée du soleil de la Méditerranée. Autant d’émotions olfactives qui illustrent son désir de partager sa vision de la beauté.

Pour 24, Daniela s’accorde au travail de Denis Polge son ami et artiste. Ils inventent ensemble un contenant et un contenu, à la délicatesse de la céramique blanche et fine répond une exquise senteur d’iris ,de musc et d’aigue-marine.

IMG_0120

IMG_8208

17 Florence Belkacem

photo-florence.jpg

Florence Belkacem est journaliste. Elle vit et travaille à Paris. Elle présente chaque soir à 19.55 h l’émission « Une Certaine Idée de la France » sur Radio Classique.

Sa passion pour les livres, son goût pour les beaux objets et les histoires à partager lui ont donné envie de proposer pour le calendrier une édition originale de l’Arrache- Coeur de Boris Vian. Il s’agit d’un exemplaire de 1953 en parfait état. Ce clin d’oeil à la littérature et à la fantaisie est aussi une sorte d’hommage à l’esprit de Saint-Germain-des-Prés.

IMG_0118.JPG

16 Iris de Moüy

 

portrait@ThomasChéné iris de Mouy

Iris de Moüy travaille et vit à Paris. Elle traverse les frontières du dessin, passant de l’illustration au dessin de mode, du livre pour enfants au Musée des Arts décoratifs. Son travail a déjà fait l’objet d’une exposition au Japon au musée du Manga à Kyoto lors de sa résidence à la villa Kujoyama. Elle réalise aussi des objets en céramique comme ceux exposés à la librairie OFR.

J’aime son trait d’une simplicité formidable, ce feutre qui pose en quelques notes de noir, de bleu et de rouge une infinité de sentiments nuancés.

Pour 24, elle choisit de présenter une installation comportant un grand panneau peint en papier de riz représentant un fantôme féminin – un collage (une petite fille et un renard) et l’un de ses nombreux carnets dessinés datant de l’année passée à la villa Kujoyama lorsqu’elle travaillait autour du thème des « fantômes » dans la culture japonaise.

Iris de Moüi

IMG_8159

 

15 Nane Beauregard

IMG_0090

 

Nane beauregard est écrivain et psychanalyste.

Elle vit et travaille à Paris et dans le Perche.

L’objet qu’elle choisit de montrer pour 24 est dans le droit fil du travail d’écriture qu’elle mène depuis le début, en tout cas depuis son premier roman « J’aime » paru chez Pol, puis dernièrement dans « L’amour simplement », paru chez Losfeld/Gallimard, sur une possible définition de ce qu’est l’amour.
L’objet qu’elle montre aujourd’hui est une des formes que prend actuellement ce travail de toujours. A partir de photos volées de couples pris de dos dans la rue Nane  « écrit l’amour ». leur dos devient une page blanche  » entre eux, c’est cet espace sur lequel elle travaille, cet interstice, qui n’est ni chacun d’eux ni étranger à eux et à ce qu’ils sont mais encore autre chose, un impalpable …

« Cet impalpable ou ils se rejoignent un instant, à peine le temps de le dire, à peine le temps d’un clignement d’oeil, à peine le temps que la libélulle met pour traverser la rivière et c’est fini, chacun est déjà reparti chez soi, en soi, pour soi ». C’est cet entre-deux, que Nane poursuit inlassablement » à travers ces dos offerts dans un abandon consenti à la faveur de l’anonymat que permet la rue. »

IMG_8147